10.27: A feu et Ossang

A retrouver avec Benoit Delaune sur la page de la radio En attendant Godard

Publié dans medias | Laisser un commentaire

Le film que vous allez rater : 9 Doigts

N’attendez pas que ça devienne culte pour vos gosses, soyez des jeunes gens (post-)mödernes et foncez le voir maintenant au cinéma.

la suite sur Brain Magazine !

Publié dans filmographie | Marqué avec | Laisser un commentaire

L’iris de François-Jacques Ossang

A lire sur le site de l’AFC

https://www.afcinema.com/IMG/jpg/m_iris_fjo.jpg

Publié dans filmographie | Marqué avec | Laisser un commentaire

9 Doigts sur TV5 Monde

Publié dans filmographie | Marqué avec | Laisser un commentaire

F. J. Ossang (“9 Doigts”) : “A l’âge d’or du cinéma, rien n’était trop beau pour le grand public” – Telerama

Fasciné par le cinéma muet et ses maîtres, contraint à une “nudité budgétaire”, mais attaché à l’argentique, F.J. Ossang pratique un cinéma radical et hors normes, dont “9 Doigts”, son dernier film, se veut l’ambitieux manifeste.

Aussi original que son nouveau film, 9 Doigts, aussi aventureux et aussi visionnaire, F. J. Ossang est un artiste qui a toujours fait pour le cinéma un rêve radical. En 2018, il continue à dialoguer avec les réalisateurs du temps du muet. Et avec les écrivains qui ont donné à l’aventure ses lettres de noblesse. Poète et musicien aussi, F. J. Ossang (François-Jacques Ossang de son vrai nom) ressemble aux personnages légendaires qui peuplent son cinéma. Mais il sait aussi se prêter au jeu de l’interview.

lire la suite sur telerama

Publié dans filmographie | Marqué avec | Laisser un commentaire

« 9 doigts » : virée paranoïaque dans un monde devenu illisible – Le Monde

Huit ans après Dharma Guns (2011), l’astéroïde François-Jacques Ossang (dit « F. J. »), précieuse anomalie du cinéma français, revient obombrer les écrans d’un nouveau dédale filmique en noir et blanc, ou plutôt « en pétrole et acier ». Poète et musicien autant que cinéaste, l’homme est le père d’une filmographie d’inspiration post-moderne, hantée par les images et les sonorités antérieures – celles du cinéma muet, de la musique industrielle, du roman noir ou d’anticipation –, et le chantre néoexpressionniste d’un monde au bord du gouffre, où ne s’entrechoquent plus que des êtres à la dérive.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/cinema/article/2018/03/21/9-doigts-viree-paranoiaque-dans-un-monde-devenu-illisible_5273995_3476.html#MTBsJKFHZgiyMR8z.99
Publié dans filmographie | Marqué avec | Laisser un commentaire

Bienvenue en enfer – Mad Movies

Le punk F.J. Ossang nous emmène dans un étrange voyage qui part du film noir pour déboucher sur la science-fiction la plus folle, et où les références intimidantes comptent moins qu’une approche sensorielle propre à stimuler l’imaginaire du spectateur.

« Je lis souvent que mes films sont « référencés », et c’est une formule que je n’aime pas beaucoup. Comme s’il fallait être initié pour y entrer. Alors que je remarque que mes films plaisent souvent aux enfants, ou à des gens qui n’ont pas nécessairement une vaste culture cinématographique, et qui ne vont pas chercher à comprendre ces « références ». » Ainsi parle F.J. Ossang dans le dossier de presse de 9 doigts, et il a sans doute raison. S’il n’a tourné que cinq longs-métrages en 33 ans, c’est en partie à cause d’un certain discours, réduisant ses œuvres à une savante compilation d’éléments de récup. Et il y a effectivement là un gros malentendu. Cela peut bien sûr sembler paradoxal, le bougre ayant un style immédiatement reconnaissable : noir & blanc hyper-travaillé qui évoque les avant-gardes du cinéma muet, traces de série noire, dialogues littéraires (ici, des portions entières des Chants de Maldoror de Lautréamont), arrière-plan de complot global dont le spectateur ne perçoit que des bribes éparses, etc. Mais là n’est pas l’important, car les références ont ceci de particulier que chacun a les siennes, différentes de celles des autres. Bref, vous aurez votre propre bagage pour monter à bord de 9 doigts.

lire la suite sur Mad Movies

Publié dans filmographie | Marqué avec | Laisser un commentaire

F. J. Ossang: «Lo que hice con Joe Strummer fue una película punk de l’âge classique»

Hace diez años, el cine Doré de Madrid programó una película, Docteur Chance, de la que nada sabíamos. Su atractivo residía en que la protagonizaba Joe Strummer, era mitad road movie, mitad cine negro, y sucedía en el desierto. Tenía una pinta maravillosa, pero luego resultó ser más punk de lo que anunciaba en el envoltorio. Era punk en sí misma, en su propio lenguaje cinematográfico. F. J. Ossang estaba allí. Se ofreció a contestar las preguntas del público pero nadie fue capaz de formular ninguna. Tenían, supongo, el cerebro a punto de nieve. Ese misterioso director, con su blanco tupé, resultó ser un músico underground y tenía un legado de cortometrajes inencontrables donde mezclaba su pasión por el cine negro de serie B, la música industrial y las corrientes artísticas de vanguardia de principios del siglo XX. Tras largas travesías por el desierto, algunas dolorosas, en 2010 pudo volver a rodar un largometraje, Dharma Guns, y el 20 de marzo estrena en España 9 dedos, que tras su exhibición en Locarno fue definida por el crítico de Cineuropa como «un delirante réquiem punk». Nosotros dimos con Ossang en el Festival Curtucircuito de Santiago de Compostela del año pasado. Acudió a una retrospectiva con la proyección de toda su obra. Unas jornadas que culminaron con un concierto de los alemanes Faust en la clausura. El apocalipsis total.  

lire la suite

Publié dans filmographie | Laisser un commentaire

[CRITIQUE] 9 DOIGTS de F.J. Ossang (Chaos reigne)

Alerte anesthésie générale. La nuit, dans une gare, un homme prend la fuite. Sans bagages, sans avenir. Lorsqu’il tombe sur un pactole, les ennuis commencent. Une bande est à ses trousses, il finit otage, puis complice. Suite à un braquage raté, ils embarquent tous à bord d’un cargo dont le tonnage suspect est aussi volatile que mortifère. Rien ne se passe comme prévu – le poison et la folie gagnent le bord. Tous ces hommes pourraient bien être les jouets d’une machination conduite par le mystérieux «9 Doigts».

lire la suite

Publié dans filmographie | Marqué avec | Laisser un commentaire

F. J. Ossang et Elvire, les amants du chaos

Depuis Docteur Chance (1996), le cinéaste, poète et musicien F. J. Ossang et sa compagne, l’actrice Elvire, s’entraînent tous deux dans des fuites cinématographiques sombres, hallucinées et nébuleuses. Alors que, dans l’épique et dément 9 doigts, ils nous font embarquer sur un cargo qui vogue à vue vers le mystérieux Nowhere Land, on est allés leur rendre visite dans leur appartement (dont la déco semble signée Murnau) pour discuter de leur énigmatique tandem.


Elvire, on ne sait rien de vous.
Elvire :
Cette interview, c’est une exception, ce sera peut-être la dernière. Je n’aime pas ça, je ne veux pas qu’on me présente. Je trouve que c’est beau de rester dans l’ombre. Comme ça, quand on ne sera plus là, quelqu’un se dira peut-être : « Elvire, c’était la muse d’Ossang. » Enfin non, je n’aime pas le mot « muse ». On dira peut-être « c’était la salope d’Ossang ! » (Rires.) Quand on lui demandait où il était né, mon grand-père répondait : « Dans le ciel. Dans les étoiles. » Voilà, on ne va pas attraper les étoiles et se brûler la main.

lire la suite ici

Publié dans filmographie | Marqué avec | Laisser un commentaire