Mercure Insolent

A quoi bon les cinéastes en un temps de manque?…
Les poètes vont et viennent au-dessus du vide. Il y en a qui tombent – d’autres mesurent l’espace qui sépare du vrai monde [….]
Sans savoir pourquoi, le cinéaste est proche du poète – étant à ses antipodes. La poésie se fonde sur une passion déchirée pour sa langue maternelle cependant que le cinéaste guette des proies solaires, et fond sur le monde comme un rapace – les mots n’ayant d’autre vocation que deviner son plan d’attaque avant de pouvoir être escamotés à seule fin d’enchaîner la persistance chasseresse d’un plan photonique à l’autre dans la plus équivocité possible…
MERCURE INSOLENT, un livre de F.J. Ossang
(Ed. Armand Colin, collection La fabrique du sens)

Cliquer ici pour d’autres informations sur Mercure Insolent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *