Docteur Chance

OSS-DOCTEURCHANCE-recto-BD

1997 (France/Chili)

Scénario : F.J. Ossang. Photographie : Rémy Chevrin. Musique : Messagero Killer Boy. Montage : Thierry Rouden. Décor : Santiago Isidro Pin. Son : Julien Cloquet, Stéphane Brunclair.

Interprétation : Pedro Hestnes, Elvire, Joe Strummer, Marisa Paredes, Stéphane Ferrara, Lionel Tua, Fedor Atkine.

Production : La Compagnie des Films / Valcine-Santiago (Jacky Ouaknine et Carlo Bettin) 97 mn / 35 mm / couleur / Dolby SR

« Angstel attend Zelda devant un cinéma où l’on projette l’ Aurore de Murnau – mais Zelda ne vient pas. Il voit alors sa dernière chance s’évanouir. Tout lui devient insupportable – ses amours ratées, son talent littéraire gâché, et la conviction d’être devenu étranger  à lui-même et au monde… C’est alors qu’il croise Ancetta, danseuse au ‘Wasted’. » (FJ Ossang)

Avant de pouvoir récupérer quelques bobines de pellicule couleur sur l’armée allemande et réaliser vingt minutes de pur génie chromatique pour Ivan le Terrible , Eisenstein avait rédigé des dizaines de pages sur la question de la couleur au cinéma. Sous ses atours d’histoire d’amants en cavale, Docteur Chance , premier film en couleurs d’un expert du noir & blanc, participe de la même excitation expérimentale : comment mettre le cinéma à niveau des initiatives chromatiques de la peinture, que celles-ci nous soient léguées par certains retables médiévaux, par les gravures de William Blake ou par les tableaux d’Asger Jorn ?

Dans ses Notes de travail (1996), F.J. Ossang le formule avec ses termes inimitables : « Ce film devrait avoir la pureté coupante et confusément colorée d’un poème de Georg Trakl – non au cinéma plus misérable que la misère, plus sexuel que le sexe, plus lourd que le plomb tant il se paraphrase. (…) Détail : un close-up n&b ne produit pas l’effet d’un close-up couleurs (pourquoi). Pourquoi le découpage des films actuels semble “ comatisé ” par de l’émanation. Profaner la coloration par les structures. Déterritorialiser. » (Nicole Brenez)

Bars à putes, fausse monnaie, contrebande, flingues et paysages crépusculaires… Docteur Chance est un film de genre. Le support est propice au dandysme punk de Ossang qui crée un nouveau langage cinématographique, hargneuse décoction à base de Godardo-Lynch. La révolte qui n’est pas adolescente fuit en avant au son destructeur du « noise’n’roll ». Le road-movie devient film-route. « L’attentat n’est pas nécessairement un acte criminel. Un poète décime, un artiste détruit ». F.J. Ossang »
Source : Fiche du film à la Cinémathèque de Toulouse

Gallerie « Docteur Chance « 

Pour retrouver l’ambiance de ce film, voyagez en cliquant sur les images ici.

Gallerie 2 « Docteur Chance  »

Grâce à Fabien Thevenot une série d’images tirées du film.

Gallerie 3 « Docteur Chance  »

Merci à Christian Bamale pour cette magnifique gallerie !


 

Retrouvez les autres infos sur Docteur Chance ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *