Trilogie FJ Ossang sur TK 21 / bel article complet de Michèlz Collery !

a retrouver ici

Evénement : L’Affaire des divisions Morituri (1984), Le Trésor des Îles Chiennes ((1991), Docteur Chance (1998), les 3 premiers longs métrages ressortent en salle en version restaurée à partir du 24 août prochain.

Ecrivain, poète, musicien, chanteur, acteur, cinéaste, producteur… F.J. Ossang demeure l’un des rares artistes français dont la tourmente magnifie autant la violence et les ombres d’une civilisation en plein naufrage ; le seul à avoir tout à la fois adopté la démarche du point de vue documenté chère à Jean Vigo et traduit l’éclair de vitalité d’une génération exsangue qui, appliquant le programme Live fast, Die young, savait qu’elle ne survivrait pas longtemps.

Sa poétique séditieuse, le bruitisme industriel de la bande son, l’acuité des observations métaphysiques, politiques, historiques, ethnologiques, constituent une mémoire percutante de notre époque. Sur la lancée des maîtres pionniers (Sergueï Eisenstein, Friedrich W. Murnau, Antonin Artaud, Jean Vigo, Jean Cocteau, Jacques Tati…) qui se sont emparés de la technique pour réinventer un langage à leur usage personnel, Ossang s’est forgé lui-même les armes de son indépendance dialectique. Aussi bouillonnante que visionnaire, son œuvre puise aux sources des récits universels, aux temps cycliques et réversibles de l’alchimie, bien avant que le dualisme métaphysique et le mélodrame bourgeois ne séparent le burlesque et la tragédie, le fragment et le tout, la prose et la poésie, que l’ordre et le paraître ne viennent amoindrir la plénitude de la jouissance et n’achèvent définitivement les héros.

La suite à retrouver sur le site de TK21

Ce contenu a été publié dans chroniques films, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.