Vice attend 9 Doigts avec impatience…

source

Cinéaste, écrivain, poète situationniste et dissident punk notoire : F.J Ossang s’est toujours établi à la marge. 9 Doigts, qui signe son grand retour dans le paysage cinématographique après six ans d’absence, ne déroge pas à la règle. Mal de mer s’abstenir : la traversée maritime qu’entreprennent Kurtz (chef de gang lunaire interprété par le génial Damien Bonnard), Magloire (un petit malfrat à demi-otage incarné par Paul Hamy) et un prétendu médecin sapé comme un dandy d’il y a deux siècles (Gaspard Ulliel, qui d’autre ?) est de tous les dangers. Au sous-sol, des containers chargés de polonium prêts à exploser et des idées noires plein la tête des passagers. Sur le rythme de MKB Fraction Provisoire, ce périple expérimental en eaux troubles ravira les derniers mohicans du punk – et les amoureux du cinéma expressionniste, dont Ossang est l’un des plus fiers héritiers.

Ce contenu a été publié dans chroniques films, filmographie, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.