De l’acte d’insurrection comme acte de création – Vincent Deville

L’ouvrage collectif dirigé par Nicole Brenez et Isabelle Marinone, qui emprunte son titre au texte de Jean Epstein « Le cinéma du diable », annonce d’emblée un triple programme : formuler et écrire les histoires, les théories et les pratiques d’un continent – les cinémas libertaires et anarchistes – demeuré quasiment inexploré par les études cinématographiques françaises, si l’on excepte le travail déjà engagé par ces deux enseignantes-chercheuses. D’une part, donc, celui de Nicole Brenez, qui s’est concentré sur les liens qui unissent les cinémas d’avant-garde et la question du politique, à travers la publication d’ouvrages – parmi lesquels Masao Adachi : Le bus de la révolution passera bientôt près de chez toi. Écrits sur le cinéma, la guérilla et l’avant-garde (1963-2010) ou Le traitement du lumpenprolétariat par le cinéma d’avant-garde – mais également à travers son travail de programmation à La Cinémathèque française dans le cadre des séances « Cinéma d’avant-garde – contre-culture générale ». D’autre part, la thèse de doctorat d’Isabelle Marinone, Anarchisme et cinéma : panoramique sur une histoire du 7ème art français virée au noir, publiée uniquement au Brésil en langue portugaise. Il suffit d’entrer les mots-clés « anarchie » ou « libertaire » dans le moteur de recherche des bibliothèques spécialisées en cinéma : aucun résultat ne s’affiche ! C’est dire le manque à combler et l’étendue des recherches à entreprendre.

suite à lire ici

Ce contenu a été publié dans chroniques films. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *