Michèle Collery Sur Microcine

« Par où entrer dans l’œuvre visionnaire de F. J. Ossang ? En le lisant, en écoutant sa voix. Depuis 1975, son insurrection lyrique agit sur plusieurs fronts : littérature, chant, rock n’ roll. Il s’attaque au cinéma en 1982 « quand la musique ne suffit plus ». Animé de la même pulsion de vie qui fit jaillir l’incandescence punk de l’Occident moribond, il radiographie le siècle à rebrousse-poil, porté par sa passion pour l’argentique, le noir & blanc, l’usage de cartons, les dialogues trempés de mystère. Dans son cinéma se réinvente une mythologie des temps modernes, constellée de références, propos décalés, sans clivage entre les genres, du récit épique aux films d’espionnage. » Rencontre avec Michèle Collery, autrice de « F.J. Ossang. Cinéaste à la lettre » (Éditions Rouge Profond)

Ce contenu a été publié dans blibliographie, medias, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.