Nous écrire !

  

 

   
 Lexique  bourdieusien —
Parcours erratique de morceaux choisis
    

  

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

  

ÉCONOMIE DES BIENS SYMBOLIQUES

 On touche là un problème très difficile : la sociologie, si elle s'en tient à la description objectiviste de l'échange  de dons, réduit l'échange de dons au donnant-donnant, et ne peut plus fonder la différence entre un échange de dons et un acte de crédit. Ainsi, ce qui est important dans l'échange de dons, c'est en fait qu'à travers l'intervalle de temps interposé, les deux échangeurs travaillent, sans le savoir et sans se concerter, à masquer ou à refouler la vérité objective de ce qu'ils font. Vérité que le sociologue dévoile, mais avec le risque de décrire comme un calcul cynique un acte qui se veut désintéressé et qu'il faut prendre comme tel, dans sa vérité vécue, vérité dont le modèle théorique doit aussi prendre acte et rendre compte. [...] L'ambiguïté des pratiques constitutives de l'économie des biens symboliques fait que le sociologue se trouve confronté à deux vérités exclusives qui sont toutes les deux présentes dans la réalité et entre lesquelles il n'a pas à choisir. [...] Il faut prendre acte de cette dualité et, de manière plus générale, on ne peut comprendre l'économie des biens symboliques que si l'on accepte d'emblée de prendre au sérieux cette sorte d'ambiguïté qui n'est pas le fait du savant, qui est dans la réalité-même, cette sorte de contradiction entre la vérité subjective et la réalité objective (que le sociologue obtient par la statistique et l'ethnologue par l'analyse structurale). 

( L'économie des biens symboliques , Cours du Collège de France à la Faculté d'Anthropologie et de Sociologie de l'Université Lumière Lyon, Cahiers du Groupe de Recherche sur la Socialisation, N13, 2e trim. 1994, Lyon, Université Lumière Lyon 2, p.12)

 

 Et l'on rencontre là une autre propriété de l'économie des échanges symboliques : c'est le tabou de l'explicitation (dont la forme par excellence est le prix). Dire, c'est détruire. Dire ce qu'il en est, déclarer la vérité de l'échange, ou, comme on dit parfois,  la vérité des prix  (quand on fait un cadeau, on enlève l'étiquette...), c'est anéantir l'échange. On voit en passant que les conduites dont l'échange de dons est le paradigme posent un problème très difficile pour la sociologie ; si la sociologie a beaucoup de mal à décrire correctement ce genre de conduites, c'est que précisément, par définition, elle explicite. Elle est obligée de dire ce qui va de soi et qui doit rester tacite, non-dit, sous peine d'être détruit en tant que tel. 

( L'économie des biens symboliques , Cours du Collège de France à la Faculté d'Anthropologie et de Sociologie de l'Université Lumière Lyon, Cahiers du Groupe de Recherche sur la Socialisation, N13, 2e trim. 1994, Lyon, Université Lumière Lyon 2, p.13-14)

Voir aussi : Échange de dons.

  

Les pages Bourdieu

 

Le Magazine de l'Homme Moderne et la liste Champs, 2002.