Nous écrire !

  

 

 Lexique  bourdieusien —Parcours erratique de morceaux choisis

  

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

  

ÉCHANGE DE DONS
(et intervalle temporel)

 Mauss décrivait l'échange de dons comme suite discontinue d'actes généreux; Levi-Strauss le définissait comme une structure de réciprocité transcendante aux échanges, ou le don renvoie au contre-don. Quant a moi, j'indiquais que ce qui était absent dans ces deux analyses, c'était le rôle déterminant de l'intervalle temporel entre le don et le contre-don, le fait que, pratiquement dans toutes les sociétés, il est tacitement admis qu'on ne rend pas sur-le-champ ce qu'on a reçu  ce qui reviendrait à refuser. Puis je m'interrogeais sur la fonction de cet intervalle : pourquoi faut-il que le contre-don soit différé et différent ? Et je montrais que l'intervalle avait pour fonction de faire écran entre le don et le contre-don, et de permettre à des actes parfaitement symétriques d'apparaître comme des actes uniques, sans lien. Si je peux vivre mon don comme un don gratuit, généreux, qui n'est pas destiné à être payé de retour, c'est d'abord qu'il y a un risque, si minime soit-il, qu'il n'y ait pas de retour (il y a toujours des ingrats), donc un suspense, une incertitude, qui fait exister comme tel l'intervalle entre le moment ou l'on donne et le moment ou l'on reçoit. [...] Tout se passe donc comme si l'intervalle de temps, qui distingue l'échange de dons du donnant-donnant, était là pour permettre à celui qui donne de vivre son don comme un don sans retour, et à celui qui rend de vivre son contre-don comme gratuit et non déterminé par le calcul initial. 

(Raisons pratiques, Seuil, 1994, p.179)

Voir aussi : Économie des biens symboliques; Mise en forme (et dénégation de l'intérêt).

  

Les pages Bourdieu

 

Le Magazine de l'Homme Moderne et la liste Champs, 2002.