Index

 

Du boulot et des moments chauds.
Alain Cigolotti,
Le Progrès, Loire, mercredi 8 octobre 2003, p. 11

  

Le film de Pierre Carles, Attention : danger travail ! et Carlo Giuliani Ragazzo de Francesca Comencini, soit l'anti-turbin et l'antimondialisme, sont en sortie cette semaine à Saint-Étienne.

 Le travail, c'est comme la guerre. Et si personne n'y allait ?  Une nouvelle fois, et selon sa façon bien à lui de réaliser ses films, Pierre Carles nous revient avec un sujet critique traitant de notre société. Et toujours avec ce parti pris auquel personne n'est tenu d'adhérer en totalité mais qui a au moins le mérite de poser des questions. Cette fois, avec Attention : danger travail !, notre journaliste-iconoclaste s'attaque à ce sujet en donnant la parole aux chômeurs, grâce à un savant montage d'images personnelles mais également de séquences diverses, qu'elles soient documentaires ou publicitaires. Ce qui offre, en résultat, un film pamphlétaire tantôt drôle, tantôt caustique. Mais toujours mordant comme son réalisateur, d'ailleurs ! À noter que le Méliès profite de cette belle opportunité pour nous offrir, en contre-vue ou en miroir, cinq films d'auteurs traitant du travail, du chômage et des luttes ouvrières, d'hier à aujourd'hui. À savoir, dans l'ordre chronologique : La Grève (1924) de Sergei Eisenstein, La Tragédie de la mine (1931) de Georg Wilhelm Pabst, Le Voleur de bicyclette (1948) de Vittorio De Sica, Travail au noir (1981) du Polonais Jerzy Skolimowski, enfin Raining stones (1993) de Ken Loach.

Pour Francesca Comencini, réalisatrice de documentaires dont certains ont été fort justement primés, l'idée de tourner Carlo Giuliani ragazzo est venue d'un coup lors d'une conférence de presse à Venise.  Il me fallait être à Gênes pour filmer la manifestation contre le sommet du G8 au cours de laquelle Carlo Guiliani, vingt-trois ans, a été tué d'une balle dans le visage par un carabinier italien. Horrifiée par la manière dont ce jeune homme était diffamé, j'ai décidé de donner la parole à sa propre mère, Haidi Giuliani.  De ce sommet mondialiste dont il ne nous reste peut-être que des souvenirs plus ou moins flous, demeurent fortement ces images inoubliables qui, sans colère théâtralisée, rappellent qu'un certain Carlo Giuliani a bel et bien été assassiné. Également en sortie cette semaine, rue de la Valse, voici Extrano de l'Argentin Santiago Loza.
Ici, l'étranger vieillissant incarné par le comédien Julio Chavez, rencontre Erika, une jeune femme solitaire et enceinte. Soit la naissance probable d'un amour sur fond de tristesse.

 

  

A.C., Le Progrès - Lyon
Sortir, jeudi 9 octobre 2003, p. 16

 
  

Comme toutes les enquêtes en mouvement signées Pierre Carles, le film Attention danger travail a traversé bien des fluctuations vidéo sous le manteau avant de devenir enfin sujet pour grand écran. À l'aide des témoignages assez positifs de divers chômeurs des deux sexes et d'extraits de films antérieurs, ce dernier ne manque pas d'interroger sur la recherche du bonheur, mais également sur la quête d'un sens à donner à sa vie. D'autant plus édifiant que le Méliès accompagne cette projection iconoclaste de cinq grandes oeuvres cinématographiques qui traitent elles aussi du travail. Voire du turbin.