Le scandale Arthur Cravan – France Culture

article original ici

Une performance documentaire enregistrée au studio 105 de la Maison de la radio le 15 mars 2014, en partenariat avec le Printemps des Poètes

Un documentaire de Stéphane Bonnefoi et Céline Ters

 

Prise de son Philippe Bredin

 

Diffusion le 20 mars 2014 à 23h dans l’Atelier de la création de France Culture.

Quil vienne celui qui se dit semblable à moi que je lui crache à la gueule

Arthur Cravan (1887-1918)

 

Le scandale Arthur Cravan , Louis-Ronan Choisy & Kate Moran sur scène © René Mayer Cohen

Le poète-boxeur Arthur Cravan n’a pas produit plus d’une poignée de vers et distribué plus d’une série d’uppercuts, mais tous empreints d’une telle fulgurance qu’il a marqué les plus grands artistes de la première moitié du XXe siècle (Breton, Cendrars, Duchamp…).

Arthur Cravan est une figure emblématique et contradictoire d’un siècle qu’il a littéralement lancé.

 

Dans sa revue Maintenant, qu’il écrit et distribue seul, le neveu d’Oscar Wilde suscite le scandale en insultant les artistes du salon des Indépendants et ceux de l’avant-garde.

« Le poète aux cheveux les plus courts du monde » donne à Paris et à New-York des conférences à demi-nu, déclame ses poèmes en dansant et boxe contre son ombre. Il marque son auditoire par un curieux mélange de raffinement et de violence, un genre qu’il nomme la Very Boxe. Pratiquée de lui seul…

 

Louis-Ronan Choisy © René Mayer Cohen

On le condamne à la prison, on lui demande réparation pour ses outrances, mais le champion de France des mi-lourds, étrangement, fuit…

Aussi admirable dans l’effacement que dans la provocation, Arthur Cravan brûle sa vie pour mieux élaborer des rêves de grandeur. « Arthur Cravan avait un talent immense qu’il a aussi mal employé que son immense force physique », assure Blaise Cendrars, bien injuste…

Certes, étranger à cette notion, Cravan n’a pas laissé « une oeuvre », mais il a incarné par sa stratégie du scandale permanent, « l’homme nouveau » cher aux courants dominants du début du XXe siècle. « Dans la rue on ne verra bientôt plus que des artistes et l’on aura toutes les peines du monde à y découvrir un homme », assure celui qui se disaient être toutes les choses, tous les êtres et tous les animaux.

Kate Moran © René Mayer Cohen

Le 18 octobre 1918, le journal Arte y Deportes annonce un combat entre Jim Smith et Arthur Cravan du côté de Veracruz. Mais Cravan n’apparaîtra pas sur le ring. Pas plus qu’il ne verra Buenos Aires où l’espère sa femme, enceinte, la poétesse Mina Loy…

 

Sur la scène du studio 105 :

* Louis-Ronan Choisy (Arthur Cravan).

* Kate Moran (Mina Loy – poétesse anglaise et femme de Cravan)

* Théo Hakola (guitare électrique, piano, voix) .

 

Théo Hakola  © René Mayer Cohen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entretiens enregistrés :

* Eduardo Arroyo (peintre), Bertrand Lacarelle (auteur de Arthur Cravan, précipité), F.J. Ossang (cinéaste), Olivier Apert (écrivain et traducteur de Mina Loy), Marcel Fleiss et Rodica Sibleyras (galerie 1900-2000).

* Archives : Blaise Cendrars et Claude Meunier.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *