« 9 doigts » : virée paranoïaque dans un monde devenu illisible – Le Monde

Huit ans après Dharma Guns (2011), l’astéroïde François-Jacques Ossang (dit « F. J. »), précieuse anomalie du cinéma français, revient obombrer les écrans d’un nouveau dédale filmique en noir et blanc, ou plutôt « en pétrole et acier ». Poète et musicien autant que cinéaste, l’homme est le père d’une filmographie d’inspiration post-moderne, hantée par les images et les sonorités antérieures – celles du cinéma muet, de la musique industrielle, du roman noir ou d’anticipation –, et le chantre néoexpressionniste d’un monde au bord du gouffre, où ne s’entrechoquent plus que des êtres à la dérive.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/cinema/article/2018/03/21/9-doigts-viree-paranoiaque-dans-un-monde-devenu-illisible_5273995_3476.html#MTBsJKFHZgiyMR8z.99
Ce contenu a été publié dans filmographie, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *